1 traduction = 2 traducteurs

Tout d’abord, chaque texte en français est traduit en italien par un premier traducteur. Ensuite, un deuxième traducteur vérifie la traduction et suggère des corrections ou des améliorations de style, le cas échéant. Une ultérieure lecture finale est effectuée par le premier traducteur.

Il est connu que le travail d’équipe est souvent le plus efficace et cela s’applique même au domaine des traductions. En 2009, lors de la création de cette activité de traduction du français vers l’italien, il a fallu réfléchir aux procédés à mettre en place pour garantir la meilleure qualité. L’idée de travailler à deux sur une même traduction a été retenue car cette méthode permet de livrer des traductions en italien de qualité excellente.  

Par ailleurs, le Centre de traduction de l’Union Européenne met en évidence l’importance de la vérification pour garantir la qualité de la traduction : « Les traductions internes (ndla : au centre de traduction de l’UE) font l’objet d’une vérification croisée par un traducteur possédant la même langue maternelle. Toutes les traductions externes sont révisées par des traducteurs internes. »


A la base de cette idée,  il y a plusieurs considérations.

Tout d’abord, personne n’est parfait ! Le traducteur peut toujours avoir un moment de distraction ou mal interpréter une phrase et, par conséquent, la traduire de façon incorrecte. Normalement, ces erreurs sont corrigées lors de la relecture, tout comme les fautes de frappe. Néanmoins, le risque que certaines passent inaperçues existe également. La vérification de la traduction par un deuxième traducteur est la garantie d’un résultat impeccable.

De plus, le travail des deux traducteurs n’est pas le même. Celui du premier traducteur demande plus d’actions simultanées que celui du deuxième. Si le premier doit lire le texte en français, le traduire du français vers l’italien et en écrire la traduction, le deuxième ne doit que comparer le texte en français avec sa traduction en italien et il peut donc mieux se concentrer sur la forme ou les nuances tout en suggérant également des améliorations au texte.

Enfin, quand le premier traducteur procède à la relecture finale, après avoir soupesé les corrections ou les suggestions éventuelles, il peut se concentrer à 100% sur le texte en italien en vérifiant la qualité de la langue et en y apportant sa touche finale.

Le résultat de tous ces échanges est une excellente traduction du français vers l’italien.